Archives mensuelles : mars 2013

Générations Normandie Seine annonce la venue de la Belle Poule à Caudebec-en-Caux : 5 et 6 juin

Au nom de Générations Normandie Seine, j’ai le plaisir de vous annoncer que, sur notre invitation, la Belle Poule, goélette de la Marine nationale, fera escale dans la commune de Caudebec-en-Caux les 5 et 6 juin prochain (arrivée le 5 juin matin, départ dans l’après midi du 6 juin). 

111

Générations Normandie Seine est très fière d’avoir obtenu l’escale de ce voilier dont une partie de l’histoire est liée à notre territoire, à notre département. Construite à Fécamp en 1932, la Belle Poule participa à la Seconde Guerre mondiale dans les Forces navales françaises libres. Voilier de la liberté, tout comme l’Etoile, il arbore légitimement le pavillon de beaupré à la croix de Lorraine.

Je tiens à remercier le Préfet maritime de Brest, le vice-amiral d’escadre Jean-Pierre Labonne, pour avoir favorablement répondu à notre demande, ainsi que la commune de Caudebec-en-Caux pour avoir très positivement accueilli la proposition de Générations Normandie Seine.

Nous vous donnerons rapidement des informations complémentaires sur le programme de cette escale.

Jean DELALANDRE

Président de Générations Normandie Seine

Ce serait une erreur de ne pas intégrer l’agriculture dans nos projets d’aménagement du territoire

Samedi 16 mars 2013, François Fihue, celui qui fut président de la chambre d’agriculture de Seine Maritime de 1999 jusqu’au 7 mars 2013, était l’invité du forum de Générations Normandie Seine dédié à l’agriculture dans la vallée de la Seine.

François Fihue et Jean Delalandre

François Fihue et Jean Delalandre

Jean Delalandre a introduit ce forum en rappelant le caractère si vaste de l’agriculture : un sujet très local mais pas seulement ! Un sujet qui pourrait nous amener à parler d’urbanisme, d’environnement, de sécurité sanitaire, de formation, d’apprentissage, de contractualisation laitière, d’élevage, de culture, des condition des agriculteurs et de leurs retraites, de PAC… bref de tant de choses.

Toutefois, nous ne disposions que de deux heures tout au plus pour ce forum. Jean Delalandre a proposé que nous nous concentrions sur le thème du jour : l’agriculture dans la vallée de Seine !

P1000522

En guise d’introduction, François Fihue a adressé un message clair et important à l’auditoire : ce serait une grave erreur de ne pas considérer l’agriculture comme une économie. Ce serait finalement une manière de condamner notre agriculture à disparaitre. Comme il l’a très bien expliqué, à travers ce message, François Fihue attirait notre attention sur l’importance qu’il à prendre en compte l’agriculture dans les projets d’aménagement du territoire et de développement économique.

Cette réflexion a mené François Fihue à dire tout l’intérêt que constitue pour lui le projet d’Axe Seine. L’avenir de notre département et de l’agriculture ne peut pas s’exonérer d’un projet à cette échelle étant donnée la place qu’occupe la Seine dans notre région.

Après avoir expliqué que l’agriculture était mise en difficulté par une ambiance générale qui glorifie le principe de précaution et qui semble parfois ne donner d’importance qu’à une approche environnementaliste des projets d’aménagement et de développement du territoire, François Fihue  a réclamé une approche plus équilibrée.

P1000514

Pour l’ancien président de la Chambre d’agriculture de Seine Maritime : « La protection de l’environnement est importante et les agriculteurs jouent un rôle qui, en plus de nourrir les populations, contribue à protéger notre environnement. Rien ne sert de les opposer ! »

Interrogé sur le rôle que l’Europe jouerait sur ce point, François Fihue et Jean Delalandre ont répondu ensemble qu’il y a certes des règles européennes mais aussi une application nationale et que bien souvent, la dimension administrativiste de cette dernière est la véritable source des poblèmes rencontrés.

Enfin, la présence de représentants de l’association de défense des berges de la Seine Sahurs – La Bouille – Maulineaux – Caumont a donné l’occasion à François Fihue de rappeler son soutien à un de leur combat : que 40 hectares de terres agricoles aujourd’hui exploitées ne soient pas détruits par une projet de ferme photovoltaïque (http://www.defensedesbergesdeseine.fr/presentation.htm).